Accueil

La Syrie pleure le légendaire haut diplomate et politicien chevronné Walid Muallem

La Syrie pleure le légendaire haut diplomate et politicien chevronné Walid Muallem
novembre 17
18:58 2020

Le ministre syrien des Affaires étrangères et vice-Premier ministre Walid al-Muallem est décédé à l’âge de 79 ans.
L’agence de presse officielle syrienne SANA a rapporté que Muallem est décédé lundi à l’aube.
Selon le rapport, il serait inhumé plus tard lundi à Damas.La Syrie pleure le légendaire haut diplomate et politicien chevronné Walid Mualle
Il n’y avait pas de détails sur la cause de sa mort, mais le haut diplomate syrien souffrait depuis des années d’une maladie cardiaque.
« Il était connu pour ses honorables positions patriotiques », a déclaré le gouvernement dans un communiqué.
Selon une source proche du gouvernement de Damas, il est largement attendu que son adjoint, Faisal Mekdad, lui succède au poste de ministre des Affaires étrangères.
Muallem a d’abord assumé le portefeuille du ministre des Affaires étrangères en 2006. Il a également été nommé vice-premier ministre en 2012.
Le diplomate chevronné a occupé une succession de postes diplomatiques de premier plan, dont un ambassadeur aux États-Unis.
Dans ses dernières déclarations, Muallem a dénoncé les sanctions économiques persistantes et unilatérales contre la nation syrienne, affirmant le 25 octobre que les sanctions avaient détérioré la situation économique, en particulier avec la pandémie COVID-19 qui sévissait dans le monde entier.
Il a également condamné le rôle de l’Occident dans la mise en place des conditions et la fabrication de prétextes fragiles pour arrêter le retour des réfugiés syriens dans leur patrie, critiquant l’Occident pour avoir politisé la question purement humanitaire et son utilisation comme une carte pour faire avancer leurs programmes politiques.
Quelque 5,6 millions de Syriens ont été contraints de fuir à l’étranger en tant que réfugiés, principalement vers les pays voisins que sont la Turquie, le Liban, la Jordanie, l’Égypte et l’Irak.
De plus, un million d’enfants syriens sont nés en tant que réfugiés depuis le début du militantisme soutenu par l’étranger dans leur pays en mars 2011.
Le haut diplomate syrien a critiqué à plusieurs reprises le rôle des États-Unis dans le conflit qui sévit dans son pays.
En août 2012, Muallem a déclaré que Washington était «le principal acteur contre la Syrie» dans la guerre, notant que les États-Unis soutenaient le terrorisme en Syrie en dépit de leurs affirmations de le combattre.
Il a également déclaré dans son discours annuel à l’Assemblée générale des Nations Unies en 2019 que «des dizaines de milliers de combattants terroristes étrangers ont été amenés en Syrie en provenance de plus d’une centaine de pays, avec le soutien et la couverture d’États connus de tous», dans une référence apparente aux États-Unis et à la Turquie, qui maintiennent une présence militaire illégale dans le nord de la Syrie.
Muallem a également averti que les allégations occidentales d’utilisation présumée d’armes chimiques par le gouvernement syrien servaient de prétexte pour lancer une campagne militaire contre son pays.
La Syrie est en proie à un militantisme soutenu par l’étranger depuis mars 2011. Le gouvernement syrien affirme que le régime israélien et ses alliés occidentaux et régionaux aident les groupes terroristes Takfiri qui font des ravages dans le pays.

Comments

comments

Related Articles















Partages de cet article