Accueil

Se souvenir de la deuxième Intifada palestinienne

Se souvenir de la deuxième Intifada palestinienne
septembre 28
17:16 2020

Aujourd’hui, 28 septembre, marque le 20e anniversaire de la deuxième Intifada palestinienne (Al-Aqsa Intifada), qui a éclaté le 28 septembre 2000 à Jérusalem occupée et a duré 5 ans. Se souvenir de la deuxième Intifada palestinienne
4 412 Palestiniens ont été assassinés et 48 322 autres ont été blessés pendant la deuxième Intifada, tandis que 1 069 Israéliens ont été tués et 4 500 autres blessés.
La deuxième Intifada a pris feu après que feu le Premier ministre israélien Ariel Sharon ait pris d’assaut la mosquée Al-Aqsa sous la protection de l’armée et des forces de police israéliennes.
Sharon a erré dans les cours de la mosquée, déclarant que le «mont du Temple» resterait sous souveraineté israélienne, ce qui a provoqué des affrontements entre les fidèles palestiniens et les soldats israéliens présents sur les lieux.
Les affrontements se sont étendus de Jérusalem occupée à toutes les villes de Cisjordanie et de la bande de Gaza, et se sont transformés en affrontements violents.
Au cours de la deuxième Intifada, plusieurs dirigeants de partis politiques et de mouvements militaires palestiniens ont été assassinés par les forces israéliennes.
Le Hamas a perdu un certain nombre de ses fondateurs et des membres de son bureau politique, notamment Ahmed Yassin, le fondateur du groupe (mars 2004), Abdel Aziz Rantisi (avril 2004), Salah Shehadeh (juillet 2002), Ismail Abu Shanab (août 2003), Jamal Salim et Jamal Mansour (juillet 2001).
Le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a également perdu son secrétaire général, Abu Ali Mustafa (Mustafa al-Zubri) en août 2001.
En avril 2002, l’armée israélienne a arrêté Marwan Barghouti, un éminent dirigeant du Fatah, et l’a condamné à la réclusion à perpétuité.
Le dirigeant palestinien Yasser Arafat est mort au cours de la deuxième Intifada, le 11 novembre 2004, au milieu des soupçons qu’il avait été empoisonné par des agents israéliens.
Se souvenir de la deuxième Intifada palestinienne&2 ans avant sa mort, il a été assiégé par l’armée israélienne dans son bureau de Ramallah.
Israël a lancé des incursions militaires à grande échelle pendant l’Intifada dans différentes villes de Cisjordanie et de la bande de Gaza, au cours desquelles des milliers de maisons appartenant à des Palestiniens ont été détruites et des milliers de dunums agricoles rasés au bulldozer.
La deuxième Intifada a également vu la réoccupation par Israël des villes de Cisjordanie en 2002.
L’un des événements les plus marquants de la deuxième Intifada a été l’exécution de l’enfant palestinien de 11 ans Mohammed al-Durra, deux jours après que Sharon a pris d’assaut la mosquée Al-Aqsa. Une vidéo prise par un journaliste de la télévision française a montré des scènes de l’exécution de l’enfant, Al-Durra, qui se cachait avec son père derrière un tonneau de ciment dans la rue Salah al-Din, au sud de la ville de Gaza.
L’exécution a provoqué l’indignation des Palestiniens qui ont organisé des manifestations de colère et qui se sont affrontés avec l’armée israélienne. Des dizaines d’entre eux ont été tués et blessés.
L’Intifada «Al-Aqsa» a vu une escalade de l’action militaire entre les factions palestiniennes et les forces de l’armée israélienne.
La deuxième Intifada a été caractérisée par le développement d’outils et d’armes de résistance palestinienne par rapport à la première Intifada, dans laquelle les Palestiniens comptaient sur des pierres et des cocktails Molotov.
Le mouvement Hamas a acquis des roquettes pour bombarder les colonies israéliennes, alors que les Brigades Al-Qassam, la branche armée du mouvement, ont bombardé la colonie de Sderot dans le sud d’Israël avec le premier missile palestinien artisanal, un an après le début de l’Intifada.
De nombreux observateurs considèrent que l’Intifada a pris fin le 8 février 2005, après un accord de trêve parrainé par l’Égypte entre Palestiniens et Israéliens.
Plusieurs mois après la fin de l’Intifada, Israël s’est complètement retiré de la bande de Gaza à l’été 2005, sous le nom de «plan de désengagement unilatéral».
La première Intifada palestinienne, baptisée «Intifada des pierres», a commencé le 8 décembre 1987 dans le camp de réfugiés de Jabaliya dans le nord de la bande de Gaza, puis s’est étendue à d’autres villes palestiniennes.
La première Intifada a éclaté lorsqu’un chauffeur de camion israélien a écrasé un groupe de travailleurs palestiniens au point de contrôle de Beit Hanoun (Erez) dans le nord de la bande de Gaza.
La première Intifada a été appelée l’Intifada des pierres parce que la pierre était l’arme principale des Palestiniens dans leurs affrontements avec les forces israéliennes.
La première Intifada a pris fin en septembre 1993 après la signature de l’Accord d’Oslo entre l’OLP et Israël.

Comments

comments

Related Articles















Partages de cet article