La normalisation avec Israël interviendra s’il y a un accord de paix, dit al-Jubeir

 Dernières nouvelles

La normalisation avec Israël interviendra s’il y a un accord de paix, dit al-Jubeir

La normalisation avec Israël interviendra s’il y a un accord de paix, dit al-Jubeir
21 mars
17:53 2021
Le ministre d’Etat aux Affaires étrangères de l’Arabie saoudite, Adel al-Jubeir, a déclaré que son pays n’avait pas bougé en ce qui concerne sa position sur la normalisation des relations avec l’Etat d’occupation, malgré les accords diplomatiques conclus par ses proches alliés et voisins.
Dans une interview exclusive avec Arab News vendredi, Jubeir a déclaré que la position saoudienne n’avait pas changé et qu’il soutenait toujours l’Initiative de paix arabe, qui propose une normalisation en échange de la création d’un État palestinien.
Il a déclaré que les récents accords de normalisation conclus par les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan étaient des «décisions souveraines», mais s’ils conduisaient à un changement de la politique israélienne envers les Palestiniens, «alors il pourrait y avoir des avantages».
«Mais en ce qui concerne le royaume, notre position demeure que la normalisation ne peut intervenir que s’il y a un accord de paix», a déclaré Jubeir.
«Nous voulons une solution à deux États basée sur l’Initiative de paix arabe et les résolutions pertinentes des Nations Unies où nous avons un État palestinien et vivons côte à côte dans la paix et la sécurité. Cela reste notre position. »
Jubeir a également déclaré que les relations avec les États-Unis ne changeraient probablement pas sous le président Joe Biden.
Plus tôt cette semaine, Biden a défendu la décision de son administration de ne pas imposer de sanctions au prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, tout en reconnaissant que le royal était responsable du meurtre du journaliste américain Jamal Khashoggi.
Dans une interview avec ABC News diffusée en partie mercredi, Biden s’est crédité d’avoir publié les conclusions de la communauté du renseignement américaine sur le meurtre, mais a déclaré que sanctionner bin Salman aurait été sans précédent.
Jubeir a déclaré à Arab News: «Notre relation avec les États-Unis est une relation stratégique. Nous avons des intérêts économiques et des intérêts financiers. Nous travaillons pour lutter contre l’extrémisme et le terrorisme. »
«L’administration (Biden) a clairement indiqué qu’elle était attachée à la défense de l’Arabie saoudite, qu’elle s’était engagée à défendre l’Arabie saoudite contre les menaces extérieures», a-t-il déclaré.
«Donc, je ne vois vraiment pas grand-chose de changement entre cette administration et l’ancienne administration en termes d’engagement envers l’Arabie saoudite.»
En ce qui concerne le retour des États-Unis à l’accord nucléaire avec l’Iran, le ministre a déclaré: «Je crois qu’ils ont clairement indiqué qu’ils voulaient que l’Iran revienne à l’accord nucléaire et qu’ils veulent un accord nucléaire, pour citer le secrétaire d’État. [Antony] Blinken, «plus fort et plus long».
“C’est quelque chose que nous préconisons depuis l’avènement de cet accord.”
Cependant, le ministre a critiqué la décision des États-Unis de retirer le mouvement Houthi du Yémen de sa liste de terroristes internationaux.
Selon lui, la décision des États-Unis de retirer les Houthis de la liste du terrorisme international, le jour même où les séparatistes yéménites ont attaqué l’aéroport civil d’Abha en Arabie saoudite, ne ferait guère de différence dans l’effort international visant à fournir une aide au pays.
«Nous l’avons dit très clairement à nos amis en Europe et aux États-Unis ainsi qu’à l’envoyé spécial des Nations Unies», a déclaré Al-Jubeir.
«Ainsi, le message de notre point de vue concernant les Houthis est très clair: ils appartiennent à une liste de terrorisme et personne ne devrait s’en occuper», a-t-il déclaré.
Jubeir a également défendu le bilan de l’Arabie saoudite en matière de droits de l’homme, affirmant que le royaume avait fait de «grands progrès».
«Nous sommes d’avis que l’Arabie saoudite a fait de grands progrès en matière de droits de l’homme. Il y a cinquante ans, nous n’avions pas d’écoles pour femmes; aujourd’hui, 55% des étudiants sont des femmes. Il y a soixante-dix ans, nous avions peut-être 90 pour cent de taux d’analphabétisme; aujourd’hui, tout le monde lit et écrit et va à l’école », a-t-il déclaré.

Comments

comments

Share

Articles en lien