Accueil

08. Les énigmes du Coran (2/2)

août 09
12:32 2012

C’est de la machine que Moïse sortit son bâton qui lui servait beaucoup :Qu’as-tu dans ta main droite, Ô Moïse ? – C’est mon bâton. Il me sert à faire paître mon troupeau et à d’autres choses encore (20 :17-18). Le bâton était un être vivant, un jawahir haya, qui avait pris la forme du bâton : il parlait à Moïse , surveillait le troupeau en son absence, éclairait son chemin. La poignée du Samiri devint un veau et le bâton de Moïse, un serpent. Moïse jeta son bâton, et voilà que c’était un serpent visible (7 :107). Face au défi des sorciers de Pharaon, Nous avons dit à Moïse : « Jette ton bâton ». Et voilà qu’il mangeait ce qu’ils avaient fabriqué (7 :107).

Surtout, Moïse parlait à Allah. Allah a bel et bien parlé à Moïse (4 :164). Moïse est pour cela appelé « Qalimu-llah »(celui qui parle avec Allah). Allah déclare ne communiquer qu’indirectement aux hommes. Il n’est pas donné à un homme qu’Allah lui parle directement à moins que ce soit par révélation, de derrière un voile ou qu’il envoie un envoyé [un Ange] qui révèle par Sa permission ce qu’Il veut (42 :51). Ce voile, cet intermédiaire, c’était le Coffret saint de l’alliance, cette autorité qui leur parle de ce qu’ils Lui associaient (30 :35). C’est l’Arche dont héritèrent Dawoud [David] et Solayman [Salomon] comme il est dit lorsque Talut [Saül] accéda au pouvoir. Leur prophète leur dit : « Le signe de sa royauté est que l’Arche va vous parvenir, où se trouve la Sèqina de la part de votre Seigneur et aussi les reliques que laissèrent la famille de Moïse et la famille de Haroun [Aron], les anges la portent. C’est un signe pour vous, si vous êtes croyants (2 :248). L’Arche, ce coffret sacré contenait la Sèqina, un esprit angélique (rouh malaqiya) à la forme d’oiseau, en plus des 9 signes donnés à Moïse et Haroun pour leur mission auprès de Pharaon. Nous avons donné 9 signes à Moïse (17 :101 ;27 :12). Ces signes étaient 9 créatures vivantes (jawahir haya). Chaque créature était liée à un astre particulier et avait la puissance de l’esprit astral en question. C’est-à-dire le pouvoir de déclencher un fléau contre le peuple injuste qui fut frappé par 9 fléaux dont la famine, la sécheresse (7 :130), l’inondation, les sauterelles, les poux, les grenouilles, le sang (7 :133). Par exemple, l’eau devenait sang par l’action d’un signe, un jawahir haya lié à l’astre Mars. Planète synonyme de guerre et de sang.

C’est de cela que finit par hériter Solayman [Salomon] qui, comme Moïse dont le bâton était en fait une de ces créatures transformée, prit une créature parmi les 9 qui forma un anneau autour de son doigt : le fameux anneau magique de Solayman. Il domptait le vent et les diables. Lorsque Solayman veut user de politique pour soumettre la reine de Saba, Balkis, il demande qu’on amène le trône de la reine. Il s’agit de ramener en Palestine, le trône qui se trouve en Arabie. Celui qui avait une science du Livre dit :Je te l’apporterai avant que tu n’aies cligné de l’œil (27 :40). La science du Livre est l’héritage laissé par Moïse. Celui qui avait une science du Livre, c’est le jawahir de l’anneau. Sa puissance dépasse celle des djinns. Un djinn redoutable dit : « Je te l’apporterai avant que tu ne te lèves de ta place (27 :39). Alors que l’anneau fait la même chose en moins d’un clin d’œil. De même, lorsqu’Allah tente Solayman, celui-ci succombe un moment. Nous avons tenté Solayman en plaçant sur son siège un corps. Ensuite il se repentit (38 :34-35). Ce corps qui s’empara de son trône, c’était la créature vivante qui se détacha de son doigt, et l’anneau prit la forme d’un corps. Parce qu’une de ses femmes était restée idolâtre et adorait son dieu dans le palais , Solayman fut chassé du palais, et ne revint qu’après prompt repentir. Le terme énigmatique de corps, déjà mentionné pour le Veau d’or (7 :148 ;20 :87-88), évoque un être vivant sans identité animale ou humaine naturelle, mais créé de mains d’hommes, artificiel.

www.lemessie.net

Comments

comments

Related Articles















Partages de cet article